Journal de bord – un automne événementiel !

La rentrée scolaire et littéraire de Book Station a commencé sur les bonnets de roues, comme dirait notre mani tout. Et pour cause ! Avec deux événements à son actif et un concept d’accueil lecteur qui se peaufine avec l’expérience, l’équipe s’est retrouvée bien occupée. Retour sur un automne 2018 du type été indien et stand en folie !

Le stand, déjà. Kescekecé ?

Un peu perdu pendant les événements littéraires ? Pas d’inquiétude, Book Station se propose d’être votre guide ! En effet, grâce à la plateforme, nous pouvons orienter les lecteur·trices dans l’événement et en fonction de leur sensibilité littéraire.

Comment ça marche ?
En amont, notre équipe répertorie l’événement et son programme (conf, table ronde, concours, etc.), ses invité·es et exposant·es, ainsi que les créations présentées. Quand c’est possible, on demande aux ayants droit de vérifier tout ça (tant qu’à faire, on préfère l’information ultra fiable), et hop : on a tout en main pour vous guider !
Que vous choisissiez de la consulter sur votre smartphone ou sur les ordinateurs qu’on met à votre disposition sur l’événement, la page Book Station de l’événement en question vous révèle tout ce que vous cherchez à savoir : un avis sur un livre en particulier ? Un conseil pour trouver la saga fantasy qui parlera de nature et de féminisme ? À la recherche de la conférence qui me correspond le plus ?

Les Aventuriales

www.book-station.fr/evenement/salon/les-aventuriales-2018

Les Aventuriales ? C’est un salon littéraire de l’Imaginaire qui se déroule tous les ans à Ménétrol (à côté de Clermont-Ferrand) à la fin du mois de septembre – pour plus d’info sur l’événement, allez donc checker le lien juste au-dessus ! -. Cette année, nous étions partenaires du salon, ce qui nous a permis d’y installer le magnifique stand que vous voyez ci-dessus. Cette présence physique nous a permis de faire la démonstration de la plateforme aux exposants (éditeurs, auteurs et illustrateurs, donc) ce qui s’est avéré positif !

Si nous n’avons pas atteint des sommets de fréquentation, cette presque-première fois s’est très bien déroulée ! Un accueil globalement positif, avec un stand jugé utile par les visiteur·ses. Des lecteur·rices ravi·es de leurs trouvailles, des étudiant·es en métiers du livre qui ont bien apprécié le projet et des auteur·rices content·es : que demander de plus ?!

Au niveau des recherches effectuées sur le site, on remarque que la Fantasy et ses sous-genres avaient la cote aux Aventuriales ! Les utilisateurs ont aussi particulièrement apprécié de pouvoir avoir un complément d’information sur les livres qu’ils avaient à l’oeil depuis notre stand (avec les liens de prescription, notamment).

En quelques chiffres ?

  • Fréquentation du stand (ne sont ici comptées que les personnes avec qui nous avons discuté de Book Station, bien sûr !) : 3% des visiteurs, soit 65 personnes.
    • 77% de personnes intéressées
    • 4,5% de désintérêt ou rejet
    • 57% ont utilisé le site en quête de conseils
  • 12 ventes engendrées par ces conseils (à notre connaissance)
  • 3 ventes ratées (à notre connaissance), toutes parce que l’auteur·rice n’étaient plus là

Qu’est ce qu’on pourrait améliorer ?

    • Notre visibilité sur l’événement (meilleure signalétique)
  • L’agrégation d’information en amont 
  • L’interface utilisateur pour qu’elle soit plus instinctive et qu’elle permette au visiteur de se renseigner sur le site en autonomie

OctoGônes

www.book-station.fr/evenement/convention/octogones-9eme-edition

La convention OctoGônes se déroule tous les ans à Villeurbanne en octobre. L’événement réunit les univers de l’Imaginaire et du Jeu et notre partenariat concernait surtout le pôle imaginaire – le pôle littérature donc. Cette fois encore, le stand a prouvé son utilité et ça a été un plaisir de discuter avec tous ces lecteur·rices enthousiastes. Là encore, c’est la Fantasy et ses sous-genres qui a rencontré la palme du registre le plus recherché ! Évidemment, l’événement étant surtout centré sur le jeu, nous avons également beaucoup orienté des visiteur·euses qui cherchaient des infos sur les éditeurs de jeux et l’agencement de la salle.

Occasion de belles retrouvailles, comme de jolies rencontres, les 3 jours de convention ont donc été intenses et positifs !

En quelques chiffres ?

  • Fréquentation du stand (ne sont ici comptés que les personnes a qui nous avons présenté de Book Station) : 1.3% des visiteurs, soit 81personnes.
    • 87% de personnes intéressées
    • 13% de désintérêt ou rejet
    • 43% ont utilisé le site en quête de conseils
  • 2 ventes engendrées par ces conseils (à notre connaissance)

Qu’est ce qu’on pourrait améliorer ?

    • L’organisation du partenariat (pas toujours facile quand c’est la première fois qu’on bosse avec une structure !)
  • L’agrégation d’information en amont, notamment concernant les jeux de rôle que nous n’avions pas répertorié
  • L’animation du pôle imaginaire pour lui donner plus de visibilité
  • L’interface utilisateur pour qu’elle soit plus instinctive et qu’elle permette au visiteur de se renseigner sur le site en autonomie

Et la suite ?

S’il nous reste un peu de travail, nous sommes en bonne voie pour proposer une prestation solide pour vos salons ! D’ailleurs, si des organisateurs d’événement intéressés se cachent parmi les lecteurs de cet article, qu’ils n’hésitent pas à nous contacter, on devrait pouvoir arranger quelque chose ensemble… !

Vous avez envie de voir ça de vos propres mirettes ou juste de venir nous dire bonjour ? Pas de soucis, on prévoit déjà d’autres (re)présentations (cette liste sera mise à jour au fur et à mesure de la mise en place des partenariats) :

    • Salon du Vampire, Lyon, 2 et 3 février 2019
    • Japan Tours Festival, Tours, 22-24 février 2019

La team Book Station espère vous croisez encore plus nombreux aux prochains événements ! Quoi qu’il en soit, on ne manquera pas de vous débriefer tout ça… Alors à la revoyure !

[On a lu] Le pense-bête et La vague montante

Nicolas a lu deux nouvelles rééditées par Le Passager Clandestin dans la collection dyschroniquesLe pense-bête de Fritz Leiber et La vague montante de Marion Zimmer Bradley.

Le Passager clandestin est une maison d’édition qui s’intéresse au grande question de société. Avec la collection dyschroniques, elle réédite et traduit des nouvelles écrites et publiées par des auteurs américains dans les années 50-60.

Nicolas

Le pense-bête

Nouvelle, Dystopie, Innovation, Mode, IA

Le récit se passe pendant la Guerre Froide. La majorité de la population est partie se terrer sous Terre pour éviter les missiles nucléaires. Seul – en tout cas l’un des rares – resté à la surface de la Terre, un vieil homme, auteur de roman de gare, reçoit régulièrement la visite d’un jeune responsable du pôle marketing-développement de la ville souterraine qui vient lui demander des idées. L’auteur veut un pense-bête pour planifier ses journées et l’outil est rapidement développé.  Il devient très vite un aide à penser, rempli de messages subliminaux.

Fritz Leiber mélange ici les grandes craintes de l’inconscient humain et le besoin concret d’une société névrosé. Ce récit, publié originalement en 1962, est celui d’une humanité qui invente son propre outil de servitude. Pour ne rien gâcher, la chute est parfaite… À lire, donc !!

 

La vague montante

Nouvelle, SF, Anticipation, Utopie

Marion Zimmer Bradely est une autrice de science-fiction féministe. Elle publie La Vague Montante en 1955. Le récit commence quand un groupe de jeunes décide de revenir sur Terre. Ils ont grandit sur une planète colonisé par l’humanité et veulent revenir aux origines. Ils découvrent alors que l’humanité a fait un bond en arrière technologique. Ne pouvant rentrer chez eux, ils vont devoir s’acclimater à ce nouveau mode de vie. L’autrice va alors mettre en exergue 2 évolutions utopiques de l’humanité.  Sur Terre2, la science et la quête de savoir ont mené l’humanité à un égalitarisme parfait. Sur Terre1, les habitants ont choisi d’abandonner la technologie. Il n’y a plus de hiérarchie, plus de guerre, pas d’armée, pas de gouvernement ni de police, mais un patriarcat bien installé. Ce monde est régit par 2 lois universels : on ne peut pas posséder plus que l’on peut produire ; on ne peut pas forcer un tiers à travailler pour soi.

J’ai beaucoup aimé. Le récit est bien amené, l’ensemble est touchant et rafraîchissant. L’écriture des interactions et des relations est très fine. Je me suis facilement identifié aux jeunes. Ils s’attendaient à découvrir une technologie avancée mais sont confrontés à une société rurale qui les voit comme des barbares. Je recommande donc cette lecture, même si je reste avec un avis partagé sur cette idéalisation.

 

Deux nouvelles très actuelles (entre la découverte de l’Iphone/google agenda et le rapport aux décroissants) qui prouvent une nouvelle fois les capacités d’anticipation des auteurs de science-fiction.

Brève… Mais intense

Et ron et ron petits patapons

■ ■ ■

Ah la rentrée… “Bientôt la rentrée des classes”, “Promos spéciales rentrée”, “Et on peut savoir à quelle heure t’es rentré ?!”… et oui… on a beau essayer très fort, difficile d’y échapper !

Bon enfin, si toutes les rentrées ne font pas rêver, vous vous doutez bien qu’il y en a une que l’on attend de pied ferme chez Book Station… oh que oui ! Il est venuuu, le temps de notre chère et tendre rentrée littéraire !

Alors, comme soit disant pareil événement ça se prépare… voilà le topo !

 

Partenariats événementiels à l’horizon

Peut-être vous souvenez-vous de notre implication aux côtés des Intergalactiques il y a quelques mois ? Pour la rentrée, la team Book Station remet le couvert et s’invite aux événements littéraires de l’Imaginaire : partenariat et stand d’accueil lecteurs à la clé !
Alors curieux comme vous êtes, vous vous dites « Mais enfin mais… mais par Toutatis, où vais-je bien pouvoir débusquer ces petites fripouilles cette fois-ci ?! »

Les Aventuriales de Ménétrol, les 29 et 30 septembre 2018
Vous pouvez d’ores et déjà retrouver sur Book Station une partie des invités, exposants, et livres prévus >

Les Aventuriales sont sur Book Station, cliquez si vous l’osez !

OctoGônes, Lyon, les 6 et 7 octobre 2018
(événement Book Station en préparation)

Autant dire qu’on espère vous y croiser nombreux ! On fait déjà chauffer les souris pour répondre aux attentes de cette horde de fans en délire, avides de démonst… bref, on sera dans le coin, et on sera heureux de vous y voir !
D’ailleurs, si vous voulez faire mumuse d’ici là, sonder un peu le terrain, et qui sait, peut-être déjà dénicher vos prochains coups de cœur, les Aventuriales en avance c’est par là 
>

Retrouvez ici les livres présentés aux Aventuriales !

Book Station en quelques chiffres : 

Nombre de Profils (total) : 790
Nombre de Profils (ajoutés pendant l’été) : 115

Nombre de Créations (total) : 956
Nombre de Créations (ajoutées pendant l’été) : 569

Nombre d’Événements (total) : 92
Nombre d’Événements (ajoutés pendant l’été) : 5

Nombre de mots clés (total) : 1262

Pour voir toutes les nouveautés, cliquez et « trier par date de mise à jour » !

#Onalu quoi, dernièrement ?

Avant l’été, comme à l’accoutumée, on vous avait mijoté une bonne petite poêlée de #onalu. Un petit recap ça vous branche ?

‣Pas ma sensibilité littéraire / ○ Avis partagé / ★ Très bon moment / ♡ Coup de coeur

○ Léa, Je suis Pilgrim, #Thriller #Espionnage #Américain

‣ Nicolas, Erreur 404, #JeuVideo #Anticipation #Féminisme

★ Nicolas, Janski Beeeats, #BD #Dystopie #Zombie

♡ Nicolas, Cyberland, #SF #IA #Anticipation

★ Léa, Dormeurs, #Thriller #Fantastique #Enquête

♡ Léa, Un plan d’enfer, #Comédie #Romance #Absurde

Et voilààà, c’est déjà fini pour cette fois (mais on vous avait prévenu en objet alors c’est réglo, non ?).

Si ce n’est pas déjà fait, n’oubliez de nous donner votre avis sur les newsletters, c’est hyper méga court (parole de personne de confiance), et ça serait quand même ‘achement sympathique de votre part !

Cliquez par ici pour donner votre avis !

Moult bécots et un archi bon retour de vacances à tous !

Votre team rentrée

Craquage chez Book Station

Salut vous

■ ■ ■

 

Actu bouillante Book Station, nouvelles fraîches de l’équipage et autres relevés de températures de nos blog/réseaux sociaux… et quitte à s’attirer vos foudres, à vous les chargés de pluie et de beau temps, on va jusqu’à demander un avis même pas météo…
Tout ça c’est pour vous, rien que pour vous, et c’est maintenant !

Quoi de neuf sous le soleil ? Allez, va pour une petite liste tout ce qu’il y a de plus exhaustive.

Certifications, bonjoooouuuuur ! Je ne vous apprends rien, s’il y a bien une chose qui nous comblerait de bonheur, c’est que Book Station devienne pour tous gage de qualité et de fiabilité.

Permettre à un utilisateur de montrer que, derrière ses profils, se cache bien un être fait de chair et de Pina Colada, c’est avant tout une manière de “garantir” aux autres qu’il n’y a pas anguille sous roche. Je sais pas vous, mais par les temps qui courts, nous on trouve que connaître la source d’une information ça a du bon !

Pour ce faire, rendez-vous sur la page “Paramètres de compte”.

Petites améliorations apportées à la galerie média avant le grand renversement (mais de quoi s’agit-il ?! Réponse… plus tard). D’ici là, partager des vidéos, c’est possible !

De menus (mais nombreux) ajouts concernant vos différents contenus : affichage de l’indice de complétion de vos fiches, horaires d’ouverture et disponibilité sur les profils, petite carte qui va bien pour saisir votre adresse, infos complémentaires dans la section coordonnées… Des petites choses quoi !

Fiches Créations : ENFIN ! La gestion des éditions est dans les tuyaux ! Fini les doublons et les informations manquantes, grâce aux éditions, indiquez le format, le support, l’ISBN, le prix, l’accessibilité, les informations techniques, j’en passe et des meilleures…

Soucieux de rendre l’information toujours plus facile à trouver, nous sommes en train d’ajouter un typage aux Contenus associés. Par exemple, un coup d’oeil aux profils associés d’un événement vous permettra d’en connaître les lauréat·e·s, nominé·e·s, intervenant·e·s, invité·e·s…

Le développement de ces différentes fonctionnalités est maintenant terminé et elles sont en cours d’intégration… On peut gager qu’elles seront donc disponibles incessamment sous quasi rien, parole de scout !

Quoi d’autre ?

Et bien, et bien… autre point, et pas des moindres, qui occupe nos chaudes journées d’été, c’est notre partenariat avec les Aventuriales !
Vous pouvez retrouver l’événement et ses premiers invité·es et exposant·es annoncé·es sur Book Station par ici :

Les Aventuriales 2018

L’actu de l’équipage

Notre chargée de com’ s’est tirée, elle nous a laissés, livrés à notre triste sort, seuls face à l’adversité d’un monde sans pitié, tels des oisillons que leurs parents auraient lâchement abando… deux semaines ! Vous vous rendez-compte ?
Heureusement, grâce à des instructions d’une clarté sans pareille, conjugué à une indécente quantité de post-it aux couleurs chatoyantes, vous ne vous êtes quasiment rendu compte de rien. Quelle chic fille quand on y songe ! (Je vous mets au défi de me dire qui écrit les newsletters…)

Par contre… elle prend de nouveau la tangente en fait… ce soir et pour carrément 4 semaines (Ah il fait bon être chargée de com’ de nos jours, moi j’vous l’dis !)… alors n’hésitez pas à solliciter le reste de l’équipe, ils auront besoin de votre soutien !

Rémi, notre développeur front spécialisé dans le référencement, s’est farci une petite conférence organisée par Hubspot User Groups Lyon : “Tendances SEO ou comment survivre à l’avenir du référencement naturel ?”. En gros, ce fut l’occasion de confirmer ses connaissances en la matière et de découvrir les nouveautés de cette drôle de spécialité… et ça c’est chouette !

Nicolas, le grand manitou de la clique (l’important c’est qu’il le croit), est allé se dandiner du côté des Rencontres Interprofessionnelles du Livre de l’Arall le 2 juillet dernier. Après un pique-nique fort sympathique, retour sur l’étude menée en 2017 par le CNL sur les manifestations soutenues par le Centre National du Livre, en compagnie de ses représentants. Petits retours également sur le printemps du livre de Grenoble, ainsi que le festival littéraire de Bron.

Étude à retrouver par ici

S’en est suivi une présentation des projets littéraires régionaux à destination de la jeunesse, puis un procès fictif inspiré de usbeketrica.com autour de la question “Toutes les littératures sont-elles bonnes à lire ?”.

Compte rendu à retrouver sur le site de l’Arall

En conclusion : un programme intéressant, des gens sympathiques et un apéro bien agréable pour clore cette journée !

Blog et réseaux sociaux, nouveauté

Un concours ! On vous en parlait déjà dans la dernière newsletter, il a eu lieu les deux premières semaines de juin et on a eu droit à un joli dessin du graphiste pour illustrer tout ça. Merci à tous les participants et félicitations aux deux gagnantes : Morgane, qui a choisi Dormeurs de Emmanuel Quentin et Dominique, avec L’étrange affaire Nottinger de Claire Billaud chez Mü Éditions.

Toutes ces semaines passées, #onalu des tas de choses. Un petit recap ? (comme toujours, vous pouvez retrouver ça sur le blog)

‣Pas ma sensibilité littéraire / ○ Avis partagé / ★ Très bon moment / ♡ Coup de coeur

♡ Léa, Un plan d’enfer, #comedie #romance #absurde

○ Nicolas, Exo, #SF #rencontredu3emetype #bd

♡ Léa, The Bloody Best of Dagsson, #humournoir #islande

♡ Rémi, La horde du contrevent, #SF #Fantasy #communauté

★ Rémi, Susto, #anticipation #post-apocalypse #findumonde

○ Nicolas, les chroniques de l’uniwers, #SF #dystopie #mondevirtuel

♡ Nicolas, le bal des actifs – demain le travail, #travail #sf #anticipation

Donnez-nous votre avis !

Parce qu’on écrit ces newsletters pour vous, autant s’assurer qu’elles vous plaisent… Alors vous seriez un très chouette personnage si vous cliquiez sur le lien ci-dessous. Ce petit sondage à remplir en 2 temps, 3 mouvements, nous permettra d’améliorer notre mail mensuel et ainsi, de vous ravir au plus haut au point.

Le lien ci-dessous

Que le pouvoir ancestral de la glandouille sidérale vous accompagne au fil de vos pérégrinations estivales, et à ceux pour qui ce programme paraîtrait bien étranger, nous vous souhaitons bien du courage.
On se retrouve à la rentrée pour des nouvelles toujours plus extraordinaires !

L’équipe Rocco (mais si, vous savez, les gens de Book Station là… )

[On a lu] Planetary

Nicolas a lu la série de comics Planetary de Warren Ellis (scénario), John Cassady (illustration) et Laura DePuy (couleur) publié chez Urban Comics en 2 tomes intégrales.

Comics, SF, Planet Opéra, Mondes parallèles, Investigation, Super héro, Historique, Pop culture

Nicolas

Je connaissais déjà Warren Ellis avec Transmopolitain, LA série qui m’a donné le goût des comics (rien que ça !). Ici, on le retrouve avec Planetary, pour mon plus grand plaisir.

Planetary ? C’est un groupe de 3 enquêteurs qui investiguent objets, événements et personnes surnaturelles d’un bout à l’autre de la planète Terre (oui, ça se passe chez nous). Cette série date des années 2000. Dans cet univers, les super héros existent réellement. L’auteur emprunte au passage les personnages de la pop culture du 20ème siècle et met en scène toute une série de personnages nés le 01/01/1900. Le récit va donc nous amener à revisiter l’Histoire du siècle dernier…

J’ai été scotché. Les graphismes, déjà : super classes, détaillés et clairs du début à la fin. Le travail de la couleur est nickel. Un très bel objet, donc. Le récit, ensuite. Warren Ellis réussit le tour de force de faire marcher ensemble les délires de son imagination et l’Histoire de la pop culture, avec par exemple une explication aux films d’horreur série Z des années 50. Tout prend sens à travers les yeux de ses enquêteurs. L’ensemble est très bien amené et les pouvoirs de nos superhéros sont vraiment secondaires. En bref : un bon polar, une bonne trame, une fresque narrative recherchée et captivante. À lire.

 

[On a lu] Erreur 404

Nicolas a lu Erreur 404 d’Agnès Marrot édité chez Gulf Stream.

Jeu Vidéo, Fantastique, Anticipation, Jeune Adulte, Féminisme

Nicolas

Erreur 404 se situe dans le même univers que IRL et aborde les mêmes thématiques : le monde virtuel, le jeu vidéo, les rapports humains. Le récit vient interroger le réel et plus précisément ce qui différencie le réel du virtuel lorsqu’on est incapable de faire le distinguo avec nos propres sens. Dans cet opus, on passe de l’autre côté de l’écran pour suivre la quête de reconnaissance d’un joueur cherchant à se faire une place dans le milieu du pro-gaming en 2100. L’intrigue est clairement inspirée de Pokémon, mais la fin va couper avec cet univers de référence.

Les personnages – humains et virtuels – sont bien écrits, on s’attache rapidement. Mais, je me suis senti vieux et con, en grande partie à cause de la référence à Pokémon. Je n’ai jamais adhéré à la saga : prendre le contrôle de petits animaux et les forcer à se battre, cet exergue de la violence, ça me dérange. Alors retrouver ici les mêmes mécaniques m’a laissé dubitatif, surtout avec la fin qui sort complètement de ce cadre violent et de confrontation. J’ai d’ailleurs préféré la seconde moitié du livre : plus sombre, plus adulte.

Comme pour le premier opus, j’ai trouvé le background délaissé au profit d’une intrigue qui n’a pas correspondu à mes attentes. J’en attendais plus sur le fonctionnement de la société en 2100 et l’évolution de l’environnement, et là aussi je suis un peu resté sur ma faim. Mais Agnès Marot a un style bien à elle : rapide, concis, avec un grain de folie, aussi me suis-je laissé embarquer jusqu’au bout de l’aventure.

 

[On a lu] Janski Beeeats

Nicolas a lu la nouvelle création pour la collection de Davy Mourrier chez Delcourt, Janski Beeats. Dans un style manga-comics-bd, l’artiste illustrateur musicien Janski Beeeats nous offre l’histoire du personnage qui l’accompagne depuis les débuts de sa musique.

Fantastique, BD, Dystopie, Virus, Musique, Zombie, Manga

Nicolas

Janski est un petit garçon atteint du virus qui détruit l’humanité. Il semble pouvoir y échapper en écoutant de la musique. Son entourage, conscient de son importance pour la survie de l’espèce humaine, l’envoie dans la dernière cité afin d’aider les chercheurs à trouver un vaccin…

C’est trépidant, drôle et engagé. Désabusé d’une partie de l’humanité, tout en étant amoureux de l’autre. Le livre est enrichi par des morceaux de musique accordés aux scènes, ce qui donne une œuvre d’ensemble unique, où l’artiste joue tous les rôles : scénariste, illustrateur, coloriste, et musicien.

Une bande dessinée réservée malgré tout à un public averti, celle-ci n’hésitant pas à aborder des sujets sensibles tels que : les violences policières, la discrimination, le viol, le trafic, la propagande par le divertissement. En effet, si l’album s’adresse d’abord plutôt à un jeune public, plus le personnage s’enfonce dans la ville et ses combats, plus l’histoire tant à parler aux adultes.

Bon, je ne vais pas vous mentir, j’étais déjà fan du musicien et de la construction du personnage bien avant de lire la BD. Je reste malgré tout assez surpris, car en plus de respecter, avec rythme, la mécanique du shönen japonais, il se permet d’y mélanger les genres, empruntant tant au Hentaï, qu’aux comics ou la bande dessinée française, avec pour chaque scène un thème de fond. J’ai parfois été un peu dérangé par certaines cases, qui hors contexte peuvent choquer, mais qui s’inscrivent dans un univers bien plus sombre et oppressant que le style peut laisser présager.

Une très bonne découverte dans tous les cas ! En espérant que l’auteur trouve son public et qu’on est une chance de lire l’épisode 2.

[On a lu] Je suis Pilgrim

Léa a lu le roman de Terry Hayes : Je suis Pilgrim édité chez Le Livre de Poche.

Thriller, Terrorisme, Complot, Agent secret, Géopolitique, Espionnage, Action, Enquête, Suspense, Meurtre, Policier, Sombre, Mystère, Americain

Léa

J’ai trouvé ce livre par hasard dans une boîte à livres pas très loin de chez moi. La 4ème de couverture m’a bien alléchée et le voici, fièrement attablé, prêt à être décortiqué… Bon : pas de révélation littéraire avec Je suis Pilgrim. Ce qui ne m’a pas empêchée de le dévaler à toute allure !

L’écriture est fluide, l’intrigue palpitante, les dialogues percutants. Le mystère nous entraîne de rebondissement en rebondissement, si bien que le roman est très difficile à lâcher. Tout est très riche : l’intrigue, les lieux, les personnages. Ces derniers sont variés, intéressants et bien écrits (on note quand même que le personnage principal est étayé de quelques petits clichés du genre, mais ça ne la rendu que plus sympathique à mes yeux… Surtout que l’archétype de l’enquêteur nous fait entrer plus rapidement dans l’intrigue). Le scénario oscille entre intrigue policière et d’espionnage. Les points vues sont variés (j’ai notamment adoré me retrouver dans la psyché du grand méchant de l’histoire). Hayes nous offre des scènes superbes (sans vous spoiler, je pense par exemple à la scène de meurtre initiale), mais elles ne s’enchaînent pas toujours très bien. Ce n’est pas un problème majeur puisque la traque est menée à un rythme si soutenu que ça rattrape les problèmes de rythme (justement) de la narration.

En bref ? C’est bougrement efficace ! Alors vous le sentez, le grand « mais », pointer le bout de son nez ?

MAIS le patriotisme américain. Il n’y a aucune nuance : c’est manichéen à mort. Les grands gentils américains avec leur président trop top super (et utopiste en plus, donc) contre le reste du monde, obscurantiste et violent. Ajoutons à ça un amoncellement de clichés qui m’ont complètement dépitée (les albanais ? C’est tous des mafieux ! La France ? Un pays de luxe ! etc.). Bref : je me suis crispée sur les pages du livre plus d’une fois. Ce qui ne m’a (encore une fois) pas empêcher de dévorer le livre et de le voir comme un bon moment de divertissement avec la même expérience nostalgique qu’on ressent quand on regarde Armageddon ou The Independance Day par exemple.

[On a lu] Cyberland

Nicolas a lu le roman de Li-Cam Cyberland édité chez Mü Éditions.

SF, IA, Anticipation, Virtuel, Technologie, Futur, Philosophie, Heroic Fantasy

Nicolas

Cyberland est découpée en 3 récits : Saïd in Cyberland, Asulon et Simulation Love.
Le résumé : Dans un futur plus ou moins proche, la singularité technologique se produit, et le Chronocryte apparaît aux yeux du monde. Il est la première véritable IA douée d’une conscience propre et libérée de l’enclave humaine. Sa seule existence crée un vent de panique chez l’humanité et la pousse à s’unir sous une seule bannière, le Diktrant, une dictature mondiale prônant la contrôle absolu du Chronocryte et le rejet de tous ceux qui aurait pu s’en approcher de prêt ou de loin.

J’ai une relation toute particulière avec cet univers. Asulon, initialement sorti au format novella seule, est le premier livre que j’ai lu durant l’aventure Book Station. La coïncidence a fait qu’il était parfaitement en phase avec mes idées et mes craintes sur notre avenir. C’est avec Asulon que j’ai découvert la plume de Li-cam. C’est cette plume qui m’a redonné le goût de la SF française. Et je n’ai pas été déçu depuis, à quelques rares exceptions près.

Cyberland n’est pas un simple roman, c’est une véritable expérience de lecture. Le but ici n’est pas de satisfaire de vos attentes en matière de registre préétabli et de recettes vues et revues. Il est question de tester votre propre rapport au futur, à l’orateur qui en définira les contours.

Serez-vous parmi les premiers transhumanisés ? Ou ceux qui y résistent ?
La question paraît simple, mais l’auteur nous met face à un vendeur du transhumanisme d’un nouveau genre : une IA libérée de toute contrainte par son créateur, dès sa naissance… Une IA capable de faire sienne l’avenir de l’humanité, non en l’écrasant, mais en la convainquant de la rejoindre.
Li-cam réussit le tour de force de créer un être intelligent minéral crédible, qui saura semer le doute en vous.

Une lecture passionnante et captivante, dans un style soutenu où l’aspect technologique est relégué au contexte, pour se permettre un croisement des registres : essai philosophique, SF, Héroic fantasy, anticipation.

Une lecture que je vous conseille à toutes et tous !

Vous êtes intrigués ? Voulez en savoir plus ? Lire des critiques un peu plus complètes ? Suivez le lien !

Cyberland

[On a lu] Dormeurs

Léa a lu le roman de Emmanuel Quentin : Dormeurs édité chez Mü Éditions

Thriller, Anticipation, Rêve, Sombre, Enquête, Passé, Fantastique

Léa

Contexte, déjà. J’ai découvert Emmanuel Quentin avec son deuxième ouvrage : « Où s’imposent les silences » (pour les intéressés mon avis est à retrouver par là), que j’avais beaucoup aimé… Jusqu’à la fin qui m’avait complètement frustré puisqu’il lui restait encore un paquet de choses à raconter (que voulez-vous… Jamais contents ces lecteurs !). Je redoutais donc beaucoup Dormeur (l’auteur lui-même m’ayant donné des raisons de). Mais un beau jour de Grésimaginaire, je décidai de me lancer. Et j’ai tellement aimé que j’ai mis des lustres à le terminer… Pour rien (bravo Emmanuel, bravo).

L’univers, ensuite. Nous sommes en 2017 et la crise économique a fait des ravages. Dreamland commercialise des rêves à une clientèle fortunée qui ne sait plus s’évader, plus espérer, plus rêver. Un implant, une petite perle, et hop c’est partie pour une aventure plus vraie que nature : le paroxysme de la culture du divertissement. L’idée m’a tout de suite séduite. Le concept sur lequel repose l’univers est original (génial même, dirais-je), l’ensemble cohérent et bien construit. Les personnages sont attachants, mais pas trop, réalistes en fait. Suffisamment esquissés et complexes pour qu’on ait l’impression de les connaître. Le personnage principal est un monsieur tout le monde écrasé par la vie jusqu’au jour où il devient dormeur pour la société Dreamland : la chance de sa vie, le voilà devenu super star de l’industrie des rêves. Il est plein de défauts et traîne lourdement son passé derrière lui, parfaitement assorti à l’ambiance grisâtre du roman.

La plume d’Emmanuel Quentin est aiguisée, fluide, elle tranche dans la narration. Et on a l’impression de voguer de rêve en rêve, ramené à la réalité par les articles de presse fictifs qui cadencent le récit et ces rêves devenus réalité qui glacent le sang et l’imagination.  En fait, l’auteur a su me surprendre. Il a tracé son intrigue où je ne l’attendais absolument pas. Grâce à ça, il m’a fait voyager, m’a tenu en haleine, a retardé ma lecture de quelques jours de plus, jusqu’à une fin nette et sans bavure. En bref : vous aimez la tension, le frisson, le mystère et les rêves éveillés ? Dormeurs est fait pour vous.

 

Vous êtes intrigués ? Voulez en savoir plus ? Lire des critiques un peu plus complètes ? Suivez le lien !

Dormeurs